Du CPS avant de savoir écrire :

ou comment Faber et Mazlish ont amené le processus créatif dans notre famille

La scène se déroule dans une cuisine avec trois protagonistes : une enfant de 3 ans, Gabriela, et ses parents !

Notre fille ne sait ni lire ni écrire et, comme nous, elle rêve de résoudre un problème : à la maison, le doudou sort toujours de la chambre et la suit partout. Nous avons toutes les trois remarqué que cela ramollit beaucoup Gabriela. Elle redevient un peu un bébé quand Doudou est là, contrairement à l’école où le doudou reste sagement dans la boîte à doudous jusqu’à l’heure du temps calme.

Phase 1 du CPS : Explorer l’envie de changement, clarifier le défi et le formuler de manière motivante

Après ce diagnostic, nous sommes d’accord sur l’envie de Gabriela d’être plus présente, plus grande lorsque nous sommes à la maison.

« Comment faire pour que le doudou travaille que la nuit et laisse Gabriela grandir tranquillement lorsqu’elle est à la maison ? »

Phase 2 : l’idéation en divergence

Prendre une grande feuille, un feutre de couleur et chacune dit toutes les idées qui lui passent par la tête, de la plus sérieuse (mettre le doudou sous l’oreiller), à la plus surréaliste (demander au doudou d’arrêter de suivre Gabriela partout) en passant par la moins agréable et la plus facile. On se retrouve très vite avec une petite collection de 7 idées-pistes différentes.

Phase 3 : Les idées force en convergence

Il suffit maintenant de relire les idées en se demandant ce qui donne le plus envie à tout le monde.

Gabriela choisit la couleur qui lui plait le plus et regarde attentivement quelles sont les lignes qui sont entourées. Deux idées vont alors se mélanger dans le vif de la sélection: pourquoi ne pas garder l’idée de faire un geste (l’adulte lève le pouce), l’enfant répond en faisant un clin d’œil et ramène en courant le doudou aventurier dans la chambre.

La solution trouvée en quelques minutes a fonctionné plusieurs mois avant que le doudou ne soit transmis à plus petit que soi.

Tous les ingrédients magiques du CPS sont présents, et voici encore une fois la preuve que les solutions astucieuses co-construites sont toujours bien plus adaptées que celles imposées. La créativité dans la vie familiale, c’est aussi l’apprentissage pour les adultes que la co-décision, la co-construction sont possibles à tout âge.

Sources
Trois dames nous ont donné confiance pour oser la respiration de la divergence et de la convergence avec un enfant. Notre désir de construire des solutions ensemble et non de les imposer nous a donné l’envie de tester : et cela marche !

Merci à Adèle Faber et Elaine Mazlish, Genoveva Desplas

RETOUR A L’ACCUEIL