Ode à l’audace

« L’audace est une royauté sans couronne » Talmud

Pourquoi l’audace? En quoi l’audace est-elle une qualité créative à encourager, à chouchouter? En quoi dans cette période d’incertitude, de chaos, de déséquilibre, de pertes d’espoirs, … est elle porteuse de fruits, porteuse de vie?

La définition de l’audace donnée par le Larousse est « Hardiesse qui ne connaît ni obstacle, ni limite; courage »

Quelles limites ? Quels obstacles ?

Ses propres limites : 

« Il meurt lentement celui qui devient l’esclave de l’habitude […] celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves […] » Pablo Neruda

Comment faire pour :

– Oser quitter sa zone de confort, comment oser trier dans ses propres peurs celles qui relèvent de la peur de l’inconnu, de la peur du regard de l’autre, de la peur de son incompétence, de la peur de se remettre en question…
– Se défaire de ses propres limites forgées par notre éducation, notre culture, nos habitudes ?
– Faire le tri dans les obstacles pré-identifiés, dans nos préjugés, nos « oui mais… » idéicides ? nos scénarii catastrophes qui semblent des montagnes ?
– Faire fi du qu’en dira-t-on?
– Aborder cet espace d’incertitude face à ce qui n’est pas encore, ce qui est en germe?

Les limites imposées par notre environnement

« L’audace est ce désir qui porte un homme à braver, pour accomplir une action, un danger redouté par ses égaux » – Baruch Spinoza

Comment faire pour…

– Braver les interdits culturels, intellectuels ?
– Secouer les normes, les diktats, les peurs des autres, les lignes hiérarchiques, les images sociales ?
– Dire « non » quand ce que l’on me demande n’a pas de sens pour moi, est contre mes valeurs ou met le système en danger ?
– Oser la rupture ?
– Transformer les contraintes en défis créatifs ?
– Faire confiance en sa capacité à déjouer les obstacles au fur et à mesure de leur apparition ?

« Pour faire des choses importantes, il faut se mettre en position de vulnérabilité : c’est ça l’audace. Un bon chercheur ne se contente pas d’approfondir ce qui existe. Il invente, crée de nouvelles théories et doit apprendre à s’exposer. Ce qui est vrai professionnellement l’est aussi affectivement. Si l’on ne prend pas de risques de peur d’être blessé, on ne noue pas de relations intimes fortes. » – Cédric Villani – Mathématicien

Quel est le prix de l’audace ?

« Et si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle » – Paolo Coelho

– Renoncer au contrôle, au connu, au confort de l’habitude ou  de la compétence, à ses sécurités, renoncer à son image, à sa place de « victime », de « c’est pas moi, c’est les autres… », renoncer à passer inaperçu.
– S’opposer, savoir dire « non » : d’où le risque de se faire marginaliser, rejeter, d’être incompris, pointé du doigt, d’éveiller des jalousies, de devoir assumer une certaine solitude, le tout accompagné de souffrances affectives.
– Prendre le risque de se tromper, de ne pas avoir toutes les réponses à l’avance, le risque de l’imperfection, voire de l’échec.
– Dépenser son énergie à travailler, chercher, résoudre des problèmes, recommencer, remettre sur le tapis, se remettre en question.

Mais, comme le dit Anaïs Nin: « Vint un temps où le risque de rester à l’étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d’éclore. »

Quels sont les « cadeaux » de l’audace ? 

Emilie Somers, jeune consultante en créativité, certifiée par Iris Académie, dans sa conférence spectacle qu’elle nous a offert pour les 20 ans d’Iris,  met en évidence l’anagramme parfait entre « audace » et « cadeau ».

Plusieurs auteurs vont m’aider à les identifier :

  • Aller vers ses rêves – se réaliser
    « Oser vivre sa vie, c’est prendre le risque de se mettre au monde en permanence. » – Jacques Salomé
  • Saisir les opportunités
    « L’audace réussit à ceux qui savent profiter des occasions.» – Marcel Proust – à la recherche du temps perdu
  • Développer la confiance en soi et l’estime de soi
    « L’audace croît à l’expérience. » – Pline le Jeune
  • Développer des compétences nouvelles
    « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. » – Sénèque
  • Découvrir des univers différents et s’en enrichir
    « Tout le bonheur du monde est dans l’inattendu » – Jean d’Ormesson
  • Renforcer sa liberté, se sentir libre
    « La liberté réside dans l’audace. » – Robert Frost
  • Alimenter son « feu sacré »
    « Il vivait, frémissant de bonheur, fier de dominer sa peur ». Richard Bach in Jonathan Livingstone le Goéland
  • S’ouvrir à l’espoir
    « L’espoir… l’espoir face à la difficulté… l’espoir dans un contexte d’incertitude… l’audace de l’espoir! » – Barack Obama
  • Sortir de la paralysie de l’action
    « Lorsque tu as plusieurs choix devant toi (…) et que tu n’arrives pas à te décider, prends toujours le chemin qui demande le plus d’audace. » – Ronald Wright in Chroniques des jours à venir
  • Déjouer l’impossible
    « Sans l’audace, l’impossible s’étendrait presque partout » – Bernard Fontenelle in Éloge de Jean Mathieu de Chazelles (1710)
  • Braver le danger
    « Dans l’extrême danger, l’extrême audace est sagesse. » – Louis Philippe de Ségur
  • Réussir
    « Le succès est l’enfant de l’audace. » Benjamin Disraeli

Quelles sont les compétences à mettre en œuvre pour développer son audace

  • Se faire confiance– construire ses propres repères et faire confiance à son intuition
    « Le succès nourrit leur audace ; ils peuvent, parce qu’ils croient pouvoir » – Virgile, Eneide
  • Savoir transformer les échecs
    « Pour vaincre, il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace. » – Danton
  • Développer une approche constructiviste dans laquelle les problèmes se résoudront  au fur et à mesure qu’ils apparaîtront –
    « Plus on vit moins on pense, plus on pense moins on vit. » – Arnaud Desjardins in L’audace de Vivre
  • Oser commencer, faire le premier pas
    « Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. » – Goethe

Finalement, l’audace ne serait-elle pas une des conditions indispensables pour éprouver ces moments magiques de « flow » créatif tels que définis par Mihali Csíkszentmihályi : « le flow est un état totalement centré sur la motivation. C’est une immersion totale, qui représente peut-être l’expérience suprême, en employant les émotions au service de la performance et de l’apprentissage. Dans le flow, les émotions ne sont pas seulement contenues et canalisées, mais en plus positives, stimulantes, et en coordination avec la tâche accomplie. Le trait distinctif du flow est un sentiment de joie spontané, voire d’extase pendant une activité. » (source Wikipédia)

En effet, ce qui caractérise l’audace rejoint bien les conditions clefs pour parvenir à cet état de « flow »:

– un défi pour lequel nos compétences seront sollicitées, sans anxiété ni ennui
– un but ayant du sens et qui nous motive
– des feed-backs de l’activité qui devient « autotélique »: le résultats de l’activité viennent renforcer à leur tour la motivation intrinsèque, une récompense en soi et le plaisir
– la dilatation du temps liée au fait que l’on soit totalement absorbé

L’audace collective

Les récents travaux de Walker, Borderie er Michinov sur le « flow » mettent en évidence que ce phénomène n’est pas qu’un phénomène individuel – En effet, il existerait un « flow de groupe » (l’expérience optimale collective que peuvent connaître des individus qui agissent en coprésence) ; et même un « flow d’équipe » (l’expérience optimale de coopération que peuvent connaître les membres d’une équipe lorsque leurs actions coopératives sont fluides, synergiques, plaisantes et qu’elles donnent à chacun l’impression de ne faire qu’un avec l’équipe), expérience que nous avons souvent rencontrée lors de recherches créatives ou de formations d’équipes.

Dès lors, quel serait l’effet de dynamiques d’ « audace partagée » en équipe, au sein de nos institutions ?

Aujourd’hui, beaucoup de salariés d’organisations de tout type sont malades – Je n’ai jamais rencontré autant de personnes atteintes de « burn-out » ou de « bore-out », quels que soient les milieux.

– Objectifs contradictoires – injonctions paradoxales – confusion des rôles – incohérences entre les discours de façade et la réalité du terrain
– Imposition d’objectifs inatteignables et non négociables avec surcharge de travail, pressions de temps, délais impossibles, manque de moyens à disposition pour atteindre les objectifs
– Sur-responsabilisation avec ses peurs adjacentes, liées à la « judiciarisation de la société » et la solitude face à des tâches lourdes de conséquences, la peur de l’erreur fatale (burn-out des personnels infirmiers par exemple)
– Mises au placard sans aucun objectif mais avec culpabilisation et mise à l’écart, en attendant votre démission
– Compétences sous employées, faible autonomie, aucune place à la prise d’initiatives
– Climat d’équipe tendu, management par la peur, conflits interpersonnels, comportements managériaux abusifs, inéquité, violence interne et externe

C’est dire si les organisations elles-mêmes sont malades !

Or, dans cette période où nous devons faire face à l’incertitude, à des pressions fortes de l’environnement, à une nécessité de « réinventer » nos modes organisationnels, nous avons plus que besoin de créer des dynamiques de « flow créatif d’équipe », et donc de décider ensemble des audaces dont on va s’emparer. Au lieu d’être le nez dans le guidon, à naviguer à court terme, créons des moments où nos équipes décideront de leurs propres audaces à terme. Sur un mode qui pourrait ressembler aux approches de « vision partagée », en faisant ressortir les défis audacieux qui pourraient galvaniser les motivations intrinsèques de chaque membre de l’équipe et sur lesquels on pourrait décider de « commandos de l’audace » pour avancer et tacler ces défis nouveaux –

Remettre de l’aventure collective créative au sein des équipes, au sein desquelles ré-expérimenter cet état de « flow » cher aux équipes de start-ups.

On peut imaginer les cadeaux en retour, tant pour les individus membres de l’équipe que pour l’équipe en elle même! et ses effets sur l’organisation toute entière: une spirale du succès !

« Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur. » – Stendhal

Et vous ?

Quels cadeaux votre audace vous a-t-elle procurée?

Quels cadeaux collectifs l’audace collective a-t-elle générée?

Merci de vos témoignages.

RETOUR A L’ACCUEIL